Logo podologue rezé Nantes Orthopédie Rezé 02 40 32 80 23 Immeuble Athena, 62B Rue Aristide Briand, 44400 Rezé
5.0 sur 5 étoiles - 13 avis
Site Overlay

Avoir une jambe plus courte que l’autre

jambe plus courte que l'autre - problème posture - problème jambe - longueur jambe - douleur posture - douleurs dos

avoir une jambe plus courte que l’autre, est un phénomène courant qui peut se développer au fur et à mesure du temps ou bien être congénital. Pour retrouver une démarche stable et réduire les douleurs, nos spécialistes vous dévoilent tous leurs conseils.

Comment développe-t-on une jambe plus courte que l’autre ? 

Aussi appelé anisomélie, le phénomène d’une jambe plus courte que l’autre se décrit comme une asymétrie posturale des membres inférieurs. Cette asymétrie est pronostiquée à partir de 5mm de différence de longueur. On distingue deux types d’inégalités de longueur : la jambe courte structurelle et la jambe courte fonctionnelle

La jambe courte structurelle est due à une réelle inégalité de longueur entre les fémurs de chaque jambe, et/ou les tibias. Cette asymétrie se développe généralement au cours de la croissance et peut avoir plusieurs origines : 

  • problèmes congénitaux : malformation suite à une mauvaise position du fœtus ou un enroulement ombilical. 
  • traumatique : guérison déficiente d’une fracture de la jambe ou d’une luxation des os et/ou des articulations.     
  • la chirurgie : suite à une opération de la hanche, du fémur, du genou, du tibia et/ou du péroné.
jambe plus courte que l'autre - déséquilibre posture - douleurs posture - douleurs dos - problème hanche

La jambe courte fonctionnelle est observée lorsqu’il y a une inégalité de longueur entre les membres inférieurs. Celle-ci peut alors avoir plusieurs causes : 

  • une scoliose 
  • un trouble de posture : un pied plus affaissé que l’autre, un genou fléchi ou un dos courbé.
  • des contractures musculaires 

Dans chaque cas de jambe courte fonctionnelle, le bassin est en déséquilibre et se retrouve en torsion. Après un traitement adapté, cette inégalité de longueur résorbé est naturellement. 

Quels sont les signes d’une inégalité de longueur des jambes ? 

Outre la détection à vue d’oeil lorsqu’il y a une asymétrie réelle de longueur, celle-ci peut également : 

  • un balancement irrégulier des bras lors de la marche. 
  • un déhanchement exagéré. 
  • une foulée plus grande d’un côté que de l’autre.
  • une semelle plus usée d’un côté que de l’autre.  
  • des douleurs au niveau du gros orteil, de l’arche plantaire ou d’un seul côté du talon. 
  • une déformation de l’arche plantaire et du pied
  • des douleurs entre les omoplates, aux genoux et/ou à la hanche, souvent d’un seul côté et dans le bas du dos.
  • un hallux valgus prédominant d’un côté.
  • des bursites à la hanche : une inflammation d’une bourse (qui sert à lubrifier l’espace entre les tendons et les os, au niveau de la hanche).  
trouble postural - trouble de la posture - douleurs dos - douleurs posture

Comment se faire diagnostiquer une jambe plus courte que l’autre ?

un diagnostic de jambes inégalitaires se confirme après plusieurs examens : 

● un bilan podologique :

le bilan podologique permet d’analyser le fonctionnement biomécanique du corps. À l’aide de divers appareils, (les plateformes de pressions, le tapis de marche etc…) le bilan permet d’étudier la posture, la position des membres lors de la marche et de la course, ainsi que les sources de douleurs déjà présentes. Suite à ce bilan, il est alors possible de déterminer les différentes pathologies présentes et de confirmer les distorsions mécaniques au niveau des hanches et/ou des membres inférieurs. Ce bilan se réalise chez des spécialistes en podologie comme Nantes Orthopédie.

Cabinet podologie - bilan podologique - trouble postural - douleurs dos - douleurs hanche - problèmes hanche - problèmes dos
  • une radiographie des pieds : identifie précisément les déviations et asymétries entre chaque pied. La radiographie permet de visualiser les articulations et de déterminer les degrés des axes des articulations du pied. 
  • une scanographie : consiste en une série de 3 radiographies des hanches, des genoux et des chevilles avec une règle graduée. Ainsi, il est possible de mesurer précisément la longueur des os de la jambe (fémur et tibia) et de déterminer s’ il y a une disproportion. 
  • une radiographie du bassin :  précédée d’une scanographie, cette radiographie permet de mesurer la dénivellation du bassin apparue suite à une mauvaise position des pieds, des genoux, des hanches ou du dos. 

Comment réduire les douleurs en cas de jambe plus courte que l’autre ? 

Afin de réduire les douleurs, retrouver un équilibre et une marche stabilisée, plusieurs solutions sont possibles : 

● les semelles orthopédiques :

Elles se moulent directement sur la forme des pieds, elles se fabrique sur-mesure. Elles vont permettre de réaligner toute la posture et soulager les douleurs. Ainsi, la semelle va pouvoir compenser la différence de longueur entre chaque jambe, afin de pouvoir rééquilibrer la marche

semelle orthopédique - semelles orthopédiques - bilan podologique - problème postural - jambe plus courte que l'autre

Suite au bilan podologique, les semelles sont tout d’abord conçues à travers un appareil appelé “emprunteur”.  Le patient pose ses pieds dans cet appareil, qui, à travers le vide d’air, va mouler les empreintes des pieds. Le spécialiste en podologie va ensuite pouvoir modeler la semelle directement dans ces empreintes. Grâce à une base en résine thermomoulée, les semelles épousent complètement la forme du pied. Elles vont ainsi pouvoir correspondre parfaitement à la morphologie de chaque patient.   

bilan podologique -jambe plus courte que l'autre - semelle orthopédique - semelles orthopédiques - sur-mesure - douleurs dos - déséquilibre posture - douleurs hanche
  • des talonnettes de compensation : permettent de rééquilibrer la marche et la posture. elles sont choisies avec précision car l’objectif n’est pas de compenser 100% de la différence entre chaque jambe.   
talonnette - jambe plus courte que l'autre - talonnette de compensation - talonnette sur-mesure - talonnettes
  • des soins chiropratiques : pour une asymétrie fonctionnelle, des ajustements chiropratiques peuvent permettre de restaurer la mobilité du bassin, de la colonne et des membres inférieurs. Les douleurs et symptômes liés au déséquilibre disparaissent.   
  • l’ostéopathie : lorsque l’asymétrie des jambes est due à des blocages au niveau du bassin, l’ostéopathie permet de soulager les tensions et de redresser la posture. 
    Le praticien rétablit l’équilibre du  bassin et des articulations mais afin que cela soit durable il faut traiter l’écart de hauteur de jambe, comme dans le cas d’une talonnette de compensation ou d’une paire de semelles orthopédiques. Cela permet de corriger la posture des pieds, souvent responsables du déséquilibre. Il en va de même après une séance de chiropraxie.
  • la chirurgie

Quelles sont les conséquences si cette asymétrie n’est pas traitée ? 

Si l’inégalité de longueur des jambes n’est pas traitée rapidement. Des douleurs asymétriques, une démarche déséquilibrée ainsi que diverses pathologies peuvent se développer : 

  • sciatalgie 
  • hernie discale lombaire
  • syndrome de la bandelette ilio-tibiale : aussi appelé syndrome de l’essui glace, la bande ilio-tibiale est un tendon qui longe la cuisse et est associé aux mouvements d’extensions et de rotations externes de la hanche. De plus, il permet également de stabiliser les mouvements latéraux du genou. Le syndrome de l’essui glace est une tendinite du tendon de la bande ilio-tibiale, qui peut s’accompagner de bursites. 
  • blocage sacro-iliaque : les articulations sacro-iliaques sont les liaisons articulaires entre les deux os iliaques et le sacrum. Ils représentent le lien entre le tronc et les membres inférieurs. Lorsqu’il y a blocage, il y a une déstabilisation de la posture du bassin et de vives douleurs de l’aine jusqu’à la cuisse. Maintenir une position prolongée, debout ou assis, ainsi que certains mouvements latéraux, deviennent compliqués et douloureux à réaliser. 
  • tendinite de la patte d’oie : aussi appelé le syndrome de la patte d’oie, est une tendinite du genou qui concerne précisément trois tendons du genou, qui forment ensemble la patte d’oie : le sartorius, le semi tendineux et le gracillus. Les douleurs se manifestent surtout lors de la flexion et de la stabilisation du genou.
  • tendinite d’Achille : inflammation du tendon qui unit les muscles du mollet (les jumeaux) et qui s’attache à l’os du talon, le calcanéum. 
  • aponévrosite plantaire :  inflammation du fascia, un tendon (une aponévrose plutôt, dans le prolongement du tendon d’Achille) qui relie le talon aux orteils. Plus d’informations dans notre article
  • épine Lenoir : aussi appelée épine calcanéenne, l’épine Lenoir est une excroissance osseuse localisée à l’intérieur du talon. Plus d’informations dans notre article
  • périostite tibiale : inflammation du périoste au niveau du tibia qui engendre de vives douleurs au niveau des muscles du mollet. 
  • tendinite du tibial postérieur : aussi appelé tendinopathie, c’est une inflammation d’un tendon qui longe le mollet, la cheville et le pied.  
  • arthrose au niveau du bas du dos, de la hanche, du genou, de la cheville et/ou du pied

Pour plus d’informations et de conseils sur les inégalités de longueur entre les jambes, n’hésitez pas à contacter par téléphone ou par e-mail, nos spécialistes en orthopédie-orthèse. Notre centre de podologie et d’orthopédie, situé en périphérie de Nantes, à Rezé, vous est également ouvert pour toutes demandes. 

Pour prendre rendez-vous en passant par Doctolib, cliquez sur le bouton ci-dessous, vous serez redirigé sur le site de réservation.
Nouveau ! Appelez-nous directement en cliquant sur le bouton ci-dessous. Vous pourrez prendre rendez-vous ou nous poser vos questions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Instagram